COME TO MAMA (Mama Shelter Paris)

COME TO MAMA (Mama Shelter Paris)

Back to Mama. Il flotte au Mama Shelter un parfum hybride de chez-soi rassurant mêlé à la sensation d’un renouveau permanent. C’est là l’une des forces de l’établissement: ne pas s’endormir sur ses lauriers, travailler d’arrache-pied et s’en tenir à ce qui nous avait paru être sa ligne édito initiale – work hard, stay cool, puisqu’après tout “Mama loves you” est loin de n’être qu’un slogan. Alors que vient de s’ouvrir le Mama Shelter Marseille, un petit état des lieux parisien…

De retour au 109.

Back to Mama donc, dans la tournée de nos revivals parisiens de l’été. Nous y avions séjourné l’année dernière avec l’impression légère d’un bonheur digne des meilleures colonies de notre enfance. Apres quelques déceptions dans des hôtels qui semblent avoir décidé de laisser tomber le client, c’est avec une pointe d’anxiété que nous avons repasse une nuit au Mama. Ouf, arrivées au 109 de la Rue de Bagnolet, nous voilà rassurées: heure de fin de brunch (plein, comme souvent), voilà un hôtel qui enchaîne les couverts et les nuitées sans compromettre l’accueil; comme d’habitude, l’équipe à la réception est aussi souriante que jeune.

On grimpe au 5e étage dans l’un des ascenseurs tapissés  d’informations inutiles (ça se discute) et le temps d’apprendre que “plus de gens meurent chaque année tuées par un âne que dans un accident d’avion”, nous voilà devant la porte de notre chambre, une Mama Deluxe Double légèrement isolée (parfait). Plus tard, nous apprendrons que manger du cèleri élimine plus de calories que celles contenues dans le cèleri lui-même.

Pour l’instruction décalée et de quoi briller inutilement en société, merci Mama.

Se faire oublier dans sa Mama Deluxe:

L’empreinte de Starck sur chaque centimètre de la chambre, jusqu’à ces murs à l’esprit béton chic et étrangement cosy. Sombre, la Mama Deluxe, on aime! De quoi disparaître à deux sans que Paris ne s’en aperçoive  Une moquette aux impressions lettrées, comme un suivi de l’ascenseur. Des titres de films, des exclamations, des phrases que l’on ne parvient parfois pas à déchiffrer. Le truc de cette chambre, c’est qu’elle ne brille pas par son espace mais que ce n’est absolument pas perturbant.

La chambre est équipée d’un iMac (et le Wifi est gratuit), d’un mini-bar automatique, d’un évier et d’un micro-ondes (!) et d’une salle de bain avec douche. On aime particulièrement le sèche-cheveu customisé et les produits Kiehl’s .

On prend une photo depuis l’iMac avant de descendre? Allez, pour la route. Vu la galerie on n’a pas été les seules à craquer.

Un verre en terrasse: bio-tiful début de soirée

Et oui! Si l’Island Bar et le restaurant sont incroyables – une vaste pièce peuplée de livres, de canapés, d’écrans, de longues tables de style cantine et d’autres plus intimes, un plafond recouvert d’écritures – la terrasse qui borde les anciens rails de train est juste le spot incontournable d’un été réussi.

Spotté: un canapé, nous voici installées et prêtes à commander une bouteille de vin bio (22€) et un coca light (4,50€). La carte des cocktails est repérée pour un passage un autre jour… il y a des créations signatures que l’on testerait bien.

On apprend par la même occasion que le dimanche, après le brunch, une formule tea-time est proposée à 9€, ce qui vous donne accès à toutes les pâtisseries et gourmandises restantes du jour! Ayant réservé  au restaurant deux heures plus tard, on n’a pas pu tester mais le buffet a eu droit à son coup d’oeil admiratif. Go, kiddos, go.

Dîner funky-romantique au restaurant du Mama

Hmm, un joli moment que ce dîner au Restaurant du Mama, dont la carte a été élaborée par Alain Senderens. A la carte, une disparition des coquillettes/jambon et on cherche un burger sans le trouver (ca arrive, c’est comme les envies de pizza). On se rabat sans trop d’hésitation sur des Rouleaux végétariens, sauce goma sésame  (10€) et une Salade de boeuf facon thaïe (14€). A quelques euros prêts, craquez les yeux fermes pour la salade, elle est relevée et copieuse: un délice! La suite est un doublon: le Saumon snacké, légumes et vermicelles chinois,sauce thaïe (19€), parfaitement cuit et servi dans un grand plat pour deux: Mama aime les couples! Le tout est accompagné de pain frais (voilà un hôtel qui a tout compris). Aïe, plus de place pour le dessert, mais nous avons un excellent souvenir du Moelleux au Carambar.

NB: C’est dimanche, la Mama Pizzeria est donc fermée. On repassera, car tout a l’air délicieux…

T’attends quand même pas que je te raconte notre nuit?

Dans Mama Shelter, il y a aussi (et surtout) “shelter”, le refuge, l’abri. Donc ce qu’il se passe dans une chambre Deluxe double reste dans la chambre Deluxe double.

Donc non, malheureux, on ne prend pas de photos sur l’iMac, on ne joue pas avec les masques de Batman et Obélix, on profite du matelas confortable et pas trop mou pour 1) ** notez ce que vous faites dans les chambres d’hôtels ** 2) ** dormir** 3) ** se remettre le dos en état ** (Mama veille).

Réveil en douceur, malgré les rideaux clairs la lumière ne nous chatouille pas vers 6 heures du matin (ça avait été le cas de l’autre côte du bâtiment,  là rien à signaler)

Petit-déjeuner: “I like sex for breakfast, kid. I eat early and often”

Ce n’est pas de nous, mais l’auteure Karen Manie Moning a bien résumé l’esprit du matin au buffet du Mama: tout le monde a une tête de sortie de morning sex, que ce soit le cas ou non. Des têtes heureuses, en somme. Et le petit-déjeuner entretient le bonheur du matin; non content d’être probablement le meilleur rapport qualité/prix d’un hôtel à Paris (10€), il est juste incroyable… et fun. On y trouve les crasses préférées de notre enfance (pot géant de Nutella, brioches, cookies maison, crêpes, viennoiseries…), mais aussi des pains, des céréales, des oeufs, de la charcuterie, du fromage, du café, lait, thé, jus de fruits frais pressés (prêts ou que vous pouvez faire vous-mêmes). Pour les grands enfants qui feraient quand même un peu attention à leur ligne, une armada de fruits est prête à être dévorée.

Entre autres bonheurs. Silencio 2 n’est pas du matin, mais au Mama, Silencio 2 l’est. Avec un sourire chocolaté jusqu’aux oreilles, tout comme à peu pres tous les gens qui lisent, discutent ou se réveillent tranquillement en mode cantine conviviale, petite table et journal du jour ou café/clope sur la terrasse.

Dommage qu’on n’habite pas à côte, ce serait un petit-déjeuner récurrent (7h/11h, en plus).

Les expériences du Mama Shelter Paris

On peut y dormir, y boire des verres, retourner au restaurant – mais il restera toujours des choses à explorer au Mama Shelter.

A tester: le brunch. On en avait envie, maintenant on en rêve.

Entre amis : privatisez la terrasse rooftop !

Les soirées DJ, et donc une petite pizza avant, pour la route.

Et au final, voyager vers le Mama Shelter Marseille et les autres ouvertures à suivre…

Mama-Shelter-Paris-Silencio-terrasse

Verdict Sex&the City

Le Mama Shelter Paris reste un incontournable: on y aime l’ambiance, le côte valeur sûre qui ne se repose pas sur sa réputation et ses lauriers, les tarifs abordables et l’ambiance “tout le monde à la même enseigne, star du cinéma ou voisin de passage”.

Une adresse idéale pour les Parisiens: pensez à vous prévoir une nuit en amoureux à quelques quartiers de chez vous!

On se retrouve à Marseille… dans cet article.

Infos pratiques

Mama Shelter Paris

Réservez votre chambre

109, rue de Bagnolet, 75020 Paris

NO COMMENTS