Le Makassar Lounge: on croit connaître quelqu’un, et puis…

Le Makassar Lounge: on croit connaître quelqu’un, et puis…

Nous sommes donc allées dîner au Makassar Lounge, le bar et restaurant du Renaissance Paris Arc de Triomphe. 

Allées, c’est peu de le dire.  Retournées, plutôt, pour la 8e fois, quelque chose comme cela. En amoureuses, en famille la dernière fois, mais dans tous les cas: le Makassar Lounge fait partie de notre paysage depuis longtemps.

Il a dû se passer quelque chose: notre équipe de chouchous a disparu, serveurs, serveuses, chefs de rang qui connaissaient la carte par coeur, conseillaient le sourire aux lèvres – et soyons honnêtes, nous poussaient à revenir tout autant que nos plats favoris sur la carte franco-indonésienne de ce lounge charmant, idéal pour diverses occasions.

Le Makassar Lounge est devenu…un lounge.

Sans âme ou presque – pourtant, c’est bien exécuté et copieux.

Makassar-Lounge-restaurant-Paris-Silencio-table Makassar

Makassar-Lounge-restaurant-Paris-Silencio-finger chocolat

La carte est renouvelée, c’est bien normal, même si le tartare de boeuf et le moelleux au chocolat nous manquent déjà. Le tartare…

Le moelleux! Celui qui comme une signature passait de carte en carte avec diverses évolutions, notre “moelleux orgasmique” favori.

On y a mis le doigt, la cuillère, la langue quand personne ne regardait (que l’on croit).

On a frôlé l’indécence, au moins dans nos têtes.

Bien sûr, on retrouve toujours les incontournables Nasi Goreng, quelques plats français bien tournés, des assiettes qui dès l’entrée savent jouer des herbes et du dressage, des desserts sympathiques et pourtant…

et pourtant…

aïe, ça nous fait mal de l’écrire: que s’est-il passé?

Tout est très bon, aucun problème là-dessus. Hors les promotions La Fourchette, en revanche, on ne paierait pas ce prix-là dans le quartier (on irait plutôt vers l’Agapé Bis, par exemple).

Mais lorsque l’on commande une bouteille de vin d’une année spécifique (parce que oui, ça compte!) et qu’on nous en amène une autre sans rien dire, le serveur ne semble pas comprendre le problème- “ah, une 2008, vous n’aviez plus rien en 2009?”

Pourquoi n’y a-t-il aucun enthousiasme à conseiller sur la carte, à vendre un dessert, à s’enthousiasmer sur les nouveaux plats?

On sait, on sait, les équipes tournent, mais il nous manque quand même ce “plus” non négligeable d’une chef de rang ou d’un serveur amoureux des plats qui sortent de la cuisine.

Quelqu’un qui ait un avis, une recommandation, une petite étincelle dans les yeux sur certains plats.

Ce n’est pas une histoire de chef, c’est une histoire d’ambiance. Avant, on venait au Makassar Lounge pour cette cohésion incroyable entre la cuisine, les plats, les serveurs, la salle. Là, certains pourraient travailler n’importe où ailleurs.

Bref.

Allez au Makassar Lounge pour partager un bon moment entre amis ou en famille (en couple, c’est bien aussi), commandez-vous un plateau indonésien à partager à deux, des lasagnes maison et une bouteille de vin, venez avec des gens que vous aimez, profitez du cadre et pour le reste, faites comme nous: essayez de ne pas regretter le Makassar d’avant.

C’est une histoire de moment, un repas. Aussi. Non?

Pour profiter du cadre, venez plutôt pour le brunch.

Le Makassar Lounge

Hôtel Renaissance Paris Wagram

39, avenue de Wagram 75017 Paris

Réservez votre table en ligne (jusqu’à 50% de réduction)

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY