New York, le Gramercy Park Hotel : art et parc privé

New York, le Gramercy Park Hotel : art et parc privé

S’il est un endroit où les hôtels mythiques ne manquent pas, c’est bien New York, ou plus précisément Manhattan. On les connaît de noms, on les a vus et revus dans nos films et séries préférés, Le Plaza au bord de Central Park étant sans doute l’un des plus célèbres (les célébrations importantes dans Friends, anyone ? 🙂 N’hésitez pas à passer y boire un cocktail, ils sont divins).

Un nom qui revient fréquemment est celui du Gramercy Park Hotel, pour son style néo-Renaissance, ses couleurs, ses tissus, ses bois, son éclectisme. Et peut-être aussi pour les célébrités qu’il a accueillies …

Calme, Luxe, Volupté… & parc privé

Comme son nom le laisse deviner, il est situé dans le quartier de Gramercy Park au sud-est de Manhattan, plus précisément au 2 Lexington Avenue. Quartier résidentiel paisible développé au 19ème siècle, l’endroit contraste avec la folie de Times Square et offre un havre de paix que l’on appréciera dans une ville aussi active mais aussi bruyante que New York. Le quartier est connu pour avoir été fréquenté par d’innombrables artistes, écrivains, peintres ou musiciens (Oscar Wilde, Steinbeck etc.)

Petit point histoire

L’hôtel date en 1925 et a été conçu par l’architecte Robert T Lyons, à l’endroit même où est née la romancière américaine Edith Wharton. Moins d’un an plus tard, Humphrey Bogart se marie avec sa compagne de l’époque sur le rooftop de l’hôtel (elle y résidait alors).Roosevelt, Rockefeller, Kennedy, autant de noms de familles illustres qui ont à un moment ou un autre, posé leurs valises à Gramercy Park. En 1927, la famille Kennedy louait d’ailleurs un étage de l’hôtel. Celui qui deviendra le 35ème président des Etats-Unis, John Fitzgerald Kennedy, jouait enfant dans ce même parc, aujourd’hui le seul parc privé de Manhattan. Et lors que l’on séjourne à l’hôtel, on se voit remettre la clé du parc !

Dans les années soixante, l’établissement en vogue accueillait les Beatles ou Bob Dylan. C’est au Gramercy Park que sont descendus les Rolling Stones après leur première tournée américaine. Le groupe U2 comptait lui parmi les habitués dans les années 80.
Dans les années 80, le Gramercy Park accueillait le Mayfair Club, un club de bridge et de backgammon qui deviendra rapidement l’endroit où l’on “se faisait la main” au poker. Et le Mayfair Club a fait ses preuves ! De nombreux joueurs, formés là-bas, ont remporté des tournois importants tel que le Main Event. Aujourd’hui, oublié le poker, ce sont Scarlett Johansson, Rihanna et Lady Gaga qui s’y pressent.

Le parc privé ou jouait John Fitzgerald Kennedy

© Beyond my Ken/ CC BY-SA 4.0

Le lobby et les chambres : esprit néo-Renaissance

En 2006, l’hôtel a été repris par l’investisseur immobilier et collectionneur d’art, Aby Rosen. Accompagné de Ian Schrager (le Mondrian, le Delano…), c’est lui qui a confié au peintre et réalisateur Julian Schnabel le design de l’établissement (à noter qu’il a notamment réalisé le film Basquiat).

Le lobby affiche la couleur : la palette de rouges et ocres donne le ton, portée par de riches draperies, velours et autres textiles précieux. Il faut dire que le hall d’entrée incarne à lui seul l’identité de l’hôtel : baroque, éclectique, il contraste avec le design souvent conservateur et classique d’hôtels historiques du même standing. Le moderne côtoie des bois de Mahogany, des chaises Louis XV, des cheminées italiennes ou encore des faïences du Maroc. L’éclectisme est porté notamment par des matériaux importés du monde entier, matériaux et couleurs que l’on retrouve déclinés dans les 190 chambres.

Et n’oublions pas, si vous avez la chance d’y participer pour un événement privé, la célèbre Gramercy Terrace de l’hôtel.

Avis aux amateurs d’art

L’établissement reste fidèle à son passé artistique et à la passion de son propriétaire, en exposant des œuvres de Warhol ou Basquiat mais aussi de Keith Haring et David Lachapelle. L’exposition de la collection tourne et présentée dans les deux bars de l’établissement, le Rose Bar et le Jade Bar. Ce n’est pas tous les jours que l’on a l’opportunité de boire un cocktail tout en admirant une œuvre de Basquiat !

Et pour bruncher, déjeuner ou dîner … Danny Meyer vous accueille dans son restaurant Maialino, trattoria italienne haut de gamme. Au menu, une liste de vins exclusivement italiens et antipasti dans une atmosphère de trattoria romaine, ça donne envie non ?

Le style ne parlera pas à tout le monde, et c’est tant mieux : comme souvent dans ce type d’hôtels, en particulier ceux par lesquels Ian Schrager est passé, l’expérience artistique et narrative implique forcément des choix qui sont loin d’être destinés à faire l’unanimité, mais bien plutôt à proposer un séjour… différent.

crédit photo image principale : Gramercy Park Hotel

NO COMMENTS