Pas de Barrière entre nous (Fouquet’s Paris – Bar le Lucien)

Pas de Barrière entre nous (Fouquet’s Paris – Bar le Lucien)

note: cet article est vieux. On est retourné au Fouquet’s plein de fois: au bar, au Diane (deux fois), au brunch.

Aujourd’hui, on a testé pour vous:  le Fouquet’s friendly. Parce que. Tu le sais. La peur.

Non, ne le cache pas lecteur, dans n’importe quel conte normal, le Fouquet’s serait le grand méchant loup, la sorcière ou Barbe bleue. Sanglant et poilu.

Pire: interdit bancaire. Bref, une peur viscérale de “non, j’ose pas y aller”

(mais le loup, tu y passeras, tu le sais, hein? cf. toute bonne psychanalyse des contes de fée, on vous conseille Bettelheim)

Ne nie plus. Je suis là. Chhhut. Nous savons tout. Voilà ce qu’il se passe dans ta tête à l’approche du Fouquet’s.

Tu sors du métro sur les Champs Elysees, côte avenue George V (sortie 2 à George V, pour le côte pratique). Tu vois Vuitton, tu vois Kenzo, tu commences vaguement à douter.(oooh my god pourquoi je me suis pas contentée de Dédé la frite dans le 2e, hein, hein?) La suite? Je repasse à la premiere personne,mais tu te reconnaîtras.

Donc Vuitton, Kenzo. Et le Fouquet’s là, à l’angle. Concentration. Tu sais, si tu le sais, que pas loin il y a le Pershing Hall, ou bien la rue Jean Goujon pour la Maison des Champs. Goujon, un nom de poisson bien rassurant, le goujon. Le goujon, tu le grilles, tu le barbecues, c’est pas comme le Fouquet’s. Tu sens dejà la broche pas au bon endroit, et si quelqu’un doit frire, il y a moyen que ce soit sur toi qu’on rajoute des herbes de Provence.

Et là lecteurs, confession: Silencio est dejà venu au Fouquet’s cet hiver, et c’etait grandiose. Comme quoi la parano entretient une memoire de poisson rouge. Friture, je vous l’avais dit.


Le jour de gloire eeeest arrivé.

(mais t’as peur et tu commences à douter de la Republique)

Tremblante, tu réajustes ton chapeau (monop), checkes tes pompes (minelli) et commences à regretter ton jean, même si c’est un Maje. Bref, t’es pas dans le décor. Tu repenses rapidement à Nicolas (pas le caviste), à une presidentielle, au drapeau qui flotte, au ‘s de l’enseigne, et là tu te dis “j’aurais prefere celui de Lina’s”. Question de pre-apostrophe. Tu penses que peut-être tu dois jurer de voter à droite aux prochaines, prêter serment à l’entrée (ooouuuii DSK a fauté) et sortir ta carte jeune UMP (mais tu l’as pas oubliée à côte de l’Huma, chez toi, dans le panier à bordel de l’entrée?).

Le grand méchant loup. Lucien va te bouffer. Visions de cauchemars: une Rolex géante va me sauter dessus, on va me passer aux rayons X, ils vont voir que je suis pour le mariage gay et en plus, je profite bien de mes 35 heures. Sauf que tu sens que même pas de réveil en sueur en perspective, juste la sueur. T’as le Zara qui colle (en fait Sacks, mais je me la pète, normal, j’ai survécu au Fouquet’s, il sera mien!)

La porte. Y a plein de portes! L’hôtel, le restaurant (Fouquet’s)? Le restaurant (Diane)? Les ascenseurs? Nooon! tu te souviens de ton passage en hiver: l’escalier vers le premier etage. Tout ira bien. Le mieux c’est d’avoir l’air sûr de soi, demi regard aux portiers, droit devant vers le 1er etage.

Le Lucien. Ouf. Tout est en place, tout est cosy, tu l’as fait.

Ca va mieux: silencio 2 est là, dejà sur son petit fauteuil violet, appareil photo à portee. Sauf que dejà, l’appareil a pose probleme. Paparazzi? Je vois pas de quoi vous voulez parler.

Et donc

Bar-Lucien-Fouquets-Paris-Silencio-salle-01

LE VIF DU SUJET N’ETAIT PAS SI SAIGNANT: VOILA POURQUOI

1- IL EST BEAU, LE LUCIEN

Il est violet, il a des colonnes qu’on croirait en or, des pieds de table incroyables, de grandes baies vitrées qui donnent sur la cour intérieure de l’hôtel (avec des projections de façade en hiver, déjà superbes). Sa bibliotheque invite à tout feuilleter (mais on s’en abstiendra pour ce soir), sa terrasse promet des clopes etoilées, et des statues d’oiseaux te disent “fin de la journée de boulot”.

Tout va bien…

2- MAIS DE PRIME ABORD, CERBERE FAIT PEUR

Cerbere est sûrement sympa, hors mythologie, mais là le chef de salle nous surveille de près (voir aussi: appareil photo) et franchement on préfèrerait pas se faire mordre tout de suite (y a tout ce qu’il faut à la maison, merci bien).

3- LA CARTE DU LUCIEN

Tu y lis d’abord la tête effarée de ton banquier. “Mademoiselle, il faut qu’on parle”

Je sais, il me faut du lait. Au prix du vin, du cocktail et même de l’eau, oui, je repasse au lait, mais plus tard.

Là, confiante dans ton potentiel anti-lactel, tu te commandes un verre de rouge “premier prix” (14€) en priant ta bonne étoile, qui est encore loin de se pointer (19h à Paris au mois d’août, même sous temps frigide – oui frigide, même pas frileux, il fait encore jour et bien jour.)

D’facon t’es lactose-intolérante, ou tu l’as decide pour les 2 heures à venir.

 Soyons pauvres, buvons au Fouquet’s.

Bar-Lucien-Fouquets-Paris-Silencio-cocktails-02

4- MAIS OU EST WILLY?

Cet hiver, un certain Willy, serveur de son état, nous avait gavé(e-s selon ce que vous imaginez) de petits financiers et autres gourmandises parce qu’il nous aimait bien. Et nous aussi on l’aime bien, Willy. Mais où est Willy?

On n’est pas encore assez “en détente” pour proposer une variante de “où est Charlie” au premier serveur qui passe. Ca viendra.

5- CA ARRIVE

Mais non pas l’addition, malheureux! Dégustons d’abord.

C’est sublime en bouche, l’un comme l’autre. On s’en ferait une bouteille, facile. Merde. Merde merde. J’ai un compte bagoo à la Banque Postale, ca marche aussi?

Et en plus , on a le droit non pas à de vulgaires cahouètes pisseuses (vous le saviez pas? toutes les études le montrent), mais à deux verres de noix de cajou poivrées, des olives et..une petite assiettes d’amuse-bouches. Des vrais: verrines courgettes-piments (vivivi!), foie gras sur mini-toast (un truc de canard en tout cas -une victoire de, peut-être? – instant humour de merde) et du guacamole avec sa framboise (dit comme ca…).

Clap clap

6- DEMAIN, J’ARRETE DE FUMER

Mais pas là, il y a la terrasse. En plus ils ont installe des canapés et des fauteuils. Dans un coin il y a une boîte à cigares, mais perso ca me fout la gerbe. Je laisse aux experts. (yen a qu’ont essaye, au moment du bac. J’en faisais partie. A regretter d’avoir son bac)

7- IL EST FRIENDLY, LUCIEN?

Ben il commence, malgré Cerbere. On a cherche Willy (qui a change d’horaires), on ne l’a pas trouve, mais ses collegues ont le sourire, alors qu’on ne ressemble pas du tout à la faune ambiante

8- MAIS EUH…DU COUP?

C’est super sympa, du bon vin dans un bel endroit!

9- MAIS EUH.. TOUT COURT.

Ca reste 28€ pour deux verres, on reviendra… de temps en temps

LE TOUT, CEST DE SORTIR LA TETE HAUTE, LE BUSTE GREC ET LE REGARD ASSURE

Et le chapeau droit (parce qu’on n’est pas dans un conte de fees, c’est toujours un Monop, il ne s’est pas transforme en Isabel Marant)

Ce qui implique un “à tres bientôt” et grand sourire aux Messieurs de la sortie. Un regard aussi vers la carte du Fouquet’s, dans la rue. 89€ le menu du soir vins compris, ca fait beaucoup moins peur.

LA PEUR, LE MYTHE, LE CHAPERON ROUGE ET AUTRES HISTOIRES

Le grand méchant loup?

Il a un petit côté friendly, malgre lui. Dominique, si tu passes par là, on vient jouer aux échecs ici.

J’ai dit: jouer aux échecs.

Infos pratiques

Bar Le Lucien

Fouquet’s Paris

46 Avenue George V, 75008 Paris, France

+33 1 40 69 60 00
Pour un droit d’entree à vie, cliquez


Agrandir le plan

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY