Saturne: la dictature de la carte blanche

Saturne: la dictature de la carte blanche

SHARE

Le restaurant Saturne, célèbre”Table et Cave” de Sven Chartier et Ewen Lemoigne nous faisait rêver depuis longtemps. Une envie de carte blanche en douceur, technique mais pleine d’émotions, un parcours à l’aveugle comme on les apprécie souvent.

Le résultat: une succession de plats parfaitement exécutés. Pas un raté de cuisson ou de dressage. Des vins naturels (bien sûr). Mais où était l’émotion, la spontanéité?

Et puis ce gros ras-le-bol : avoir engouffré des corbeilles de pain complet à deux entre les plats pour ne pas crever la dalle en sortant. Et ce n’était pas le menu déjeuner, mais la première formule de carte blanche. Oui, c’est un choix de l’aveugle, mais comme à d’autres endroits, dire qu’on ne mange pas d’abats, c’est notre problème. Le chef qui choisit? A 55€ hors boisson, si ce n’est pas son code pour la carte bleue de l’addition, ce sera sans ris de veau pour nous, point.

Un peu marre des démonstrations et de certaines cartes blanches à l’aveugle qui relèvent plus de la dictature que du voyage. Une envie en sortant: trouver un bon tartare-frites ou un burger, dans un budget décent. Et peut-être un bon verre de vin rouge plein de sulfites.

Verdict Sex & the City

Oscar Wilde: “Après un bon dîner, on peut pardonner à n’importe qui, même à sa famille”.  On aurait pardonné les cinq corbeilles de pain s’il y avait eu de l’émotion. Si vous êtes curieux, prenez une formule déjeuner, moins chère et plus garnie, relativement parlant  (Tiens, à moitie prix, on pouvait avoir des oursins? C’est moche).

Informations pratiques

Voir les menus, tarifs et horaires

Saturne Table et Cave, 17, rue Notre-Dame des Victoires – 75002 Paris

Fermé le samedi et le dimanche

NO COMMENTS