Renoma Café Gallery: Vent de fraîcheur sur le Triangle d’Or

Renoma Café Gallery: Vent de fraîcheur sur le Triangle d’Or

Il est de ces lieux qui savent tenir leur promesse. Après une réouverture très remarquée sous la houlette d’Alfred Bernardin, le Renoma Café Gallery a tenu bon le cap et le voici, au top de sa forme, dans toute sa splendeur néo-industrielle, son look ravageur de loft new-yorkais et de grands espaces tout en longueur prêts à accueillir vos envies. Car à parler de “promesse”, on en oublierait presque son pluriel. Des promesses (tenues) d’un lieu décontracté dans un quartier qui ne l’est pas vraiment: un lieu hybride, café, restaurant, galerie d’art (lors de notre passage, Marylin Monroe s’affichait sur les murs), librairie, brunch, évènements .. le Renoma a la bougeotte et ça lui va terriblement bien. Au fait, Renoma, qui – quoi? Du nom du styliste Maurice Cressy dit Renoma, initiateur de la modographie…

UN LIEU ATYPIQUE

Renoma-Cafe-Gallery-Paris-Silencio-salle 03 Renoma-Cafe-Gallery-Paris-Silencio-salle 05

Le Renoma Café Gallery nous rappelle instantanément le Mama Shelter et c’est un coup de coeur immédiat. Grandes tables, atmosphère urbaine et décontractée – le temps de croiser un flipper (!) et nous voici attablées pour un déjeuner au soleil en terrasse, face au Four Seasons. Car oui, il y a deux terrasses, et si vous passez trop vite du côte de la rue Pierre Charron, vous risquez de rater quelque chose.

En bref: de l’audace et une vision. Et là où le bât ne blesse pas, c’est que malgré toute la coolitude du Renoma et sa réputation de “place to be”, il n’a pas cédé aux sirènes de l’arrogance de certains lieux hipsters où l’on passe… et ce sera tout, merci bien. D’ailleurs, la clientèle ne s’y trompe pas: lors de notre passage au déjeuner, les couverts se succèdent avec des habitués du quartier (il faut dire que les prix doux de la formule midi s’y prêtent bien) , tandis que l’happy hour de 18h à 20h est l’endroit idéal pour un afterwork. On a même ouï dire que le brunch américain du dimanche avait déjà ses fidèles, et ça, c’est aussi rafraîchissant qu’un Roxy Tornado bien dosé. Les neurones et le sourire en plus.

FOOD STORIES

A trop parler du lieu, n’en oublions pas l’essentiel de notre visite: le déjeuner  On aime la ligne franche du Renoma: ni gastro, ni bistro, mais une carte aux plats gourmands et d’inspiration américaine avec une bonne french touch comme on l’aime. En entrées, on se régalera d’une salade de légumes croquants à l’huile de truffe (13€) (qui sentait à plein nez depuis la table voisine lorsque nous nous sommes installées), colorée, ravissante et très parfumée, ou d’un mini-tartare de boeuf (9€) qui n’est pas si mini que cela et qui, n’en deplaise aux puristes (dont moi), avait un petit goût de ketchup ludique et réussi dans sa préparation! Le tout avec du bon pain frais et un verre de vin rouge (7€). La suite? Faute de céder à un second tartare et après avoir longtemps hésité sur le cheeseburger maison (god, on reviendra), on s’attaque à “Notre saumon, marine au miso et quinoa” (23€), rose comme je l’ai demande, généreux dans les portions et bien assaisonné. En face de moi, la bataille se joue du côté d’un steak de thon à la plancha et légumes au wok. Rien de gastronomique effectivement, mais on joue dans du plat savoureux, qui sait s’y prendre avec de bons produits et des saveurs franches – et la dose nécessaire pour ne pas sortir en ayant faim. Une bon équilibre.

Renoma-Cafe-Gallery-Paris-Silencio-salade-legume-huile-truffe

Moins équilibrés mais tellement orgasmiques, les desserts: vous pouvez bien sûr (oh si, vous pouvez) craquer pour une sélection de pâtisseries made in La Pâtisserie des rêves, même si soyons honnêtes, on vient, on revient, on s’abonne au Renoma pour son Philadelphia Cheesecake et son coulis (11€). Un vrai Philadelphia Cheesecake, crémeux, compact, addictif. Parce qu’il y en a marre des pâles copies (ou pire, des “gâteaux au fromage blanc”). Et qu’on vous épargne la gélatine que certains vous étalent parfois sur le dessus.

Renoma-Cafe-Gallery-Paris-Silencio-philadelphia-cheesecake

Bien sûr rien ne vous empêche de la jouer light avec un fromage blanc 0% et son coulis de fruit. Donc Renoma, chapeau bas. On aurait pu craquer (on aurait dû craquer?) pour, en vrac: le burger (next time), le banana split (je ne partage pas), une belle assiette de fruits rouges (comprendre: pas trois fraises qui s’affrontent en duel), l’entrecôte d’Argentine ou un Club Sandwich, pour voir…

LE MUST? UN MENU DEJEUNER A PRIX DOUX

A la carte, c’est déjà honorable. Mais le midi, comptez seulement 23€ pour une formule E/P ou P/D plus un verre de vin ou une demi bouteille d’eau. En plein 8e. Et franchement, en voyant passer la tarte aux quetsches du jour, on s’est dit que c’était un bon plan.

Sinon, on vous a dit? Le lundi, c’est sushi.

VERDICT SEX &THE CITY

On y vient, on aime, on y retourne. Pour le burger, le cheesecake, le brunch américain, un cocktail de fin de journée. Ou tout, remarquez. Au fond d’un bon gros Chesterfield…

INFOS PRATIQUES

Le Renoma Café Gallery

RESERVEZ VOTRE TABLE

Voir notre article sur le test du brunch du Renoma 

32, avenue George V 75008 Paris, service voiturier disponible

TLJ de 12h à 2h du matin, sauf le dimanche pour le brunch de 12h à 16h (35€, 15€ pour les enfants)

NO COMMENTS