Geoffroy Sciard // Matières brutes

Geoffroy Sciard // Matières brutes

SHARE
geoffroy-sciard-jules-jim-hotel

Il y a des moments privilégiés depuis la naissance de silencio. Notre nouvelle serie de portraits et d’entretiens de ceux qui font vivre nos bulles (hôtels, restaurants) en fait partie. Premiers instants en compagnie de Geoffroy Sciard, l’heureux proprietaire de l’hôtel Jules&Jim, le 3e arrondissement de Paris. Un homme, un chantier, un titre à choisir – s’il fallait n’en retenir qu’un… nous l’avons fait.

“Matières brutes” ce sera, pour un homme aux multiples facettes: un cœur d’or, une volonté d’acier, pas de langue de bois et un amour du travail bien fait. On a envie d’ajouter une voix incroyable, presque radiophonique. Sauf qu’avec un physique pareil, ce serait dommage de le cacher derriere un micro.

Rencontre.

Toi en quelques mots, ce serait …?

Moi en quelques mots? Le Parisien nous dit “la petite quarantaine en jean et t-shirt”… tu vois, ils ne se sont pas trompés, je suis en jean et t-shirt. Mais tu ne me demandes pas quelque chose sur mon apparence, le Parisien l’a dejà fait… Je dirais “déterminé”, en ce qui concerne le projet. Pour revenir sur le “jean et baskets”, ca tombe bien pour les travaux ou c’est juste un tres bon axe de communication? Ah non, je dirais que je suis ne avec un jean et un t-shirt, franchement regarde, quelque soit le jour de l’annee, le temps, c’est toujours “jean t-shirt”, eventuellement un pull s’il fait tres froid.

Avant l’hôtel, parlons un peu du “2, Petit Faurie de Souchard” (adresse du domaine familial ndlr). Les Egrieres Nord, tu les attaques en voiture, en vélo ou en tracteur? Si tu arrives par Mauvezin, la question marche aussi.

D’abord, ce n’est pas “Petit Faurie de Souchard”, c’est Faurie de Souchard. Et comment j’attaque la côte? En Smart! Ce qui fait rire tout le monde dans le coin parce qu’ils se baladent tous en 4X4. Mais ma Smart passe partout, au même titre qu’un 4X4. J’aurais bien aime te dire vélo, mais la vérité c’est que c’est avec ma Smart. Ca ne consomme pas!

J’ai recu l’un de tes mails à 5h du matin. Soit c’est une erreur d’Iphone, soit tu es insomniaque de nature ou juste, tu as arrête de dormir jusqu’à la fin de la grossesse?

Je dors tres peu. En général, autrefois je dormais beaucoup – alors est-ce que c’est l’effet conjugué de Saint-Emilion et de l’hôtel qui me préoccupent en permanence… je dors entre 5 et 6 heures par nuit. Donc à 5h, j’étais couché vers 23h ou minuit.

Deux questions plus personnelles sur tes vacances. Tu nous as dit ne pas en avoir avant un an, mais quelle est ta destination idéale ? Et maintenant que tu travailles dans l’hôtellerie, est-ce que tu descends à l’hôtel ou tu lâches ce type d’hebergement?

Deux choses. Là où je vais, si je devais partir en vacances “là maintenant tout de suite”, je partirais à Formentera parce que c’est une île que j’adore. Elle est juste à côté d’Ibiza, qui est une île que j’aime aussi énormement. Donc voilà ce serait sur une île, là où il y a la mer, où l’on peut avoir à la fois des plages magnifiques, de la campagne, des petits restos totalement typiques ou alors des fêtes à tout casser. Pour l’éclectisme donc  et ces lieux dont je te parle, Ibiza et Formentera, plus calme, vraiment cette panoplie de possibilités et … est-ce que je vais à l’hôtel? Oui bien sûr, j’adore ca! J’adore ca et même à Paris, plein de fois je suis allé dormir dans des hôtels, pas pour espionner mais pour comprendre comment ca fonctionnait. Mon associe Antoine Brault, avec lequel je créé le projet, est un archi-pro de la question puisqu’il a fait l’école hôtelière de Lausanne, il a tenu son hôtel pendant 12 ans (un Relais&Châteaux en Normandie NDLR), mais moi non et ça m’intéresse beaucoup.

Est-ce que tu as eu des modèles, ou des contre-modèles à Paris, des choses à ne pas faire justement?

Je vais plutôt parler des modeles que des contre-modeles. Parmi les hôtels qu’Antoine comme moi aimons beaucoup, il y a l’hôtel Sezz, qui est un hôtel superbe. C’est tres élégant, ce n’est pas de l’esbroufe, c’est vraiment… C’est d’ailleurs l’un des hôtels ou je n’ai pas dormi mais que je suis allé voir, que j’ai parcouru à travers la presse, à travers le site internet, etc. C’est vraiment un bel hôtel. Ça répond à ta question, d’une certaine manière: je préfère les hôtels dont les matières sont vraies. On est moins, je suis moins fan des hôtels “hyper deco”. Je prefere les matieres à la deco qui forcement se demode.

Tes œufs, puisque tu descends à l’hôtel, tu les prends brouilles, en coque ou ce sera plutôt “pain confiture, merci bien les mecs!”

Les œufs, c’est un vaste débat. (A l’hôtel, c’est important) Ah oui, c’est tres important. Je les aime de toutes les manières. Je les aime en coque, je les aime bien au plat, brouillés… et le dernier hôtel dans lequel je suis descendu, c’était à Vienne il y a très peu de temps, et c’était brouilles.

Tu as le restaurant à buzz “Le Derrière”, qui n’est pas très loin. Tu as dejà testé ou ce n’est pas ta scène?

Evidemment que j’ai déjà testé, c’est ma cantine! Parce qu’on est voisins et qu’il y a deux choses: 1) ça fait tres longtemps que je les connais; 2) j’adore la cuisine, je trouve que le cuisiner est super bon. C’est rare d’avoir à Paris des cuisines où tu as un chef, une vraie equipe, ils mettent le paquet là-dessus et je trouve ca tres bien. Et la deco est rigolote, marrante… c’est de l’anti-deco ou poussee à son extrême! Mais de maniere tres pointue, puisque si tu regardes d’un peu pres, tu as des fauteuils vintage un peu partout… j’adore, franchement j’adore. D’aucuns te diront “c’est hyper bobo” mais franchement, à chaque fois que j’y vais, il y a une ambiance à tout peter, la bouffe est bonne, jamais je n’ai ete decu.Tu as presque choisi l’emplacement pour ca! En tout cas ça tombe bien, c’est clair.

Sur l’emplacement justement, je cite un presque confrère: “l’emplacement du Jules&Jim est une ancienne usine de traitement de métaux précieux”. Es-tu devenu riche en cassant un mur? Ou tu as decouvert des squelettes, je ne sais pas?

(rires) C’est la 1ère question que j’ai posée au propriétaire. Je lui ai dit “mais alors, qu’est-ce qu’on fait pour récupérer l’or?”. Il m’a dit “il n’y a malheureusement rien à récupérer”, ou alors un tout petit filet éventuellement, au fond des tuyaux d’évacuation, qui sont des circuits fermés de dépollution, etc. Donc j’avais tres peu de chances de retrouver la moindre pepite. Et à vrai dire, je ne suis pas sûr qu’il y ait eu le moindre lingot ici, c’etait toujours des feuilles tres tres fines. Tu sais, la dorure et l’argenture… l’or est compte, quand même!

Question que l’on a dû te poser 100 fois, mais comment passe-t-on d’un business familial, d’une passion j’imagine, le vin, à un projet d’hôtel parisien?

En fait, c’est tres rigolo ta question, parce que c’est precisement le second qui m’a amene vers le premier. Avant, je travaillais comme responsable du developpement d’une association humanitaire, j’ai eu une carrière assez éclectique; et c’est au moment où j’ai débuté mon projet entrepreneurial à Paris qu’étant maître de mon emploi du temps et donc de mon organisation, mes parents étant fatigués des 23 années qu’ils avaient passé à la tête de l’entreprise à la suite de mes grands-parents…

Ce qui a determine le Saint-Emilion, c’est l’hôtel. C’est-à-dire que j’ai commence à travailler sur mon projet d’hôtel et ayant du temps et etant maître de mon organisation, j’ai à ce moment-là pris la suite de mes parents à la tête de la propriete avec l’un de mes freres, Thibaut. Donc c’est vraiment l’hôtel qui m’a mene vers le Saint-Emilion, pas l’inverse.

Cela dit, les deux projets de front c’est complique mais en même temps salvateur; parce que l’hôtel, pendant assez longtemps, était un projet assez abstrait, alors qu’à Saint-Emilion une semaine sur deux, j’ai les pieds dans la terre. Avoir les pieds dans le concret et l’esprit nettoyé par la campagne lorsque tu es dans les affres des démarches administratives, des dépôts de permis de construire, etc., qui durent éternellement à Paris, c’est bon, ca m’a permis de tenir.

Côte Saint-Emilion toujours, vous avez obtenu le “Millésime 2008 Médaille d’or du Concours General Agricole de Paris 2011”.  C’est tres classe, dejà. La même reconnaissance pour ton hôtel, l’équivalent, ce serait quoi? Il n’y a pas que les étoiles…

Mais est-ce que ca existe? Je n’en suis pas sûr. La reconnaissance, en ce qui concerne Saint-Emilion, cette medaille là est effectivement tres belle parce qu’elle est un mix de tous les avis. Ce ne sont pas que les professionnels, mais un panel de professionnels et d’amateurs de vin qui dégustent le vin à l’aveugle et qui conviennent que le vin est bon ou moins bon et, en fonction de cela, de la medaille qu’il doit avoir. Moi j’aimerais beaucoup que.. tu me parlais de la communication tout à l’heure, pour l’instant on a un bon accueil de la part de la presse et des gens qui viennent, mais c’est un entraînement que l’on a, que l’on pratique au quotidien (il faut voir quand les gens ne boivent pas; car quand tu bois à l’œil, ca aide!) Exactement! Et donc c’est précisément ce que j’allais te dire derrière, c’est que le véritable indicateur ce sont les clients. Et les clients, est-ce que tu te fies à des indicateurs tels que Tripadvisor, je n’en sais rien. En revanche, le meilleur etalon pour moi sera le client qui, etant venu une fois, reviendra une deuxieme fois. Il m’enverra un mot …

Vraiment, j’ai besoin de tout le monde. En revanche, j’espère honnêtement que le couple de mecs, le couple de filles, le copain et la nana qui vont venir à l’hôtel en amoureux ou avec des potes et qui seront venus une 1ère fois, je ne rêve que d’une seule chose, c’est qu’il reviennent  une deuxième! Parce que ça veut dire qu’on a réussi, qu’on a atteint l’objectif.

L’hôtel gay-friendly, justement, c’est un axe qui est tres developpe dans la presse. Je ne sais pas si c’est vous ou si c’est simplement un “clin d’oeil”. Au-delà du bon plan business ou d’une vision du luxe ouvert à tous, tu t’attends à quoi, concretement? C”est un reseau qui parlerait de toi, juste un bon emplacement? 

Tres honnêtement, moi l’hôtel je ne le concois pas du tout comme un endroit communautaire. Étant gay moi-même, je sais le type de produit que j’aime bien consommer quand je voyage. Et quand je dis “je”, ce n’est pas “moi je” mais partage avec de nombreuses personnes qui ont le même rythme de vie que moi, donc un hôtel… Evidemment, on a un emplacement assez ideal, puisqu’on est juste à côte de Montorgueil, de l’Hôtel de ville, de Bastille, etc, donc c’est vraiment un bon emplacement. Je dirais que c’est moins un emplacement pour une famille nombreuse qui arriverait avec un monospace, on circule moyennement bien, ce n’est pas tellement le truc. Mais en revanche, je ne l’estime pas comme etant de la comm’, c’est vraiment, vraiment… j’ai envie de faire en sorte que les gens qui viennent ici soient tous bien accueillis, avec une attention particuliere aux gays, qui se manifeste plus par du service que par de la deco ou des marqueurs un peu caricaturaux. C’est considerer que quand on a envie de sortir plus tard le week-end, que l’on puisse prendre son petit-dejeuner un petit peu plus tard, que l’on puisse checker out un petit peu plus tard: pouvoir être au courant des bons plans -pas forcement les boîtes du coin de la rue, mais les bons plans un peu plus pointus, que ce soit restaurants, expos, soirees…

C’est une serie de petites attentions et de petits services qui fait que la population à laquelle je pense, la population gay, s’y sentira bien – non pas parce qu’elle sera entre elle, parce que ce ne sera pas le cas… c’est un lieu ouvert à tous, sur un certain nombre d’axes, notamment la photographie, la lecture, naturellement le bar qui est prevu pour fonctionner tant avec les gens de l’hôtel qu’avec l’exterieur, donc ce sera un point de rencontre et je pense que tout le monde va bien s’y trouver. Pour l’instant, c’est d’ailleurs comme cela que ca se passe dans les fêtes, tu vois bien la population, elle est hyper mixee, ca marche bien.

Mais du coup “Jules & Jim”, les filles aussi, hein?

Completement, vraiment oui!

Du coup, pour les produits de beaute dans les chambres, tu comptes faire quoi?

Ahah! Ça c’est vraiment hyper dur. Au stade du projet où l’on en est, on n’a pas encore tranche. Je devais travailler avec quelqu’un qui finalement a decline; on concevait vraiment.. on ne veut pas de produits labellises “hôtel Jules&Jim” donc on veut travailler avec une marque reconnue. L’Occitane j’aime beaucoup, peut-être que…je ne sais pas. On n’a pas encore decide. On ne veut pas tomber dans un produit caricaturalement “mec” puisque justement, ce sera un hôtel ouvert à tous.

J’aime bien l’Occitane, il y a Anne Semonin qui est aussi une belle marque, mais est assez typee “fille”… honnêtement, on n’a pas encore choisi.

Là c’est juste pour nous faire plaisir, mais.. tout le monde te parle des commerces chinois et de l’export (Paris 3e ndlr), mais.. “rue des Gravilliers”, si tu le prononces vite (graviers), ca sentait les emmerdes un peu, non?

Rires

Qui est derrière l’idée des pop-up stores et autres apéros caches? C’est quelque chose que tu voulais dès le départ?

Oui et on l’a developpe avec deux personnes: avec mon attaché de presse Julien et avec Rod, qui malheureusement s’est absenté… un ami qui a une agence de communication événementielle qui gaze à fond les ballons,  qui s’appelle Dcontract, et que j’ai chargé de la conception et de la production des événements qu’on fait à l’hôtel. Et ça continuera après l’ouverture! Et j’ai la chance d’avoir mon associé qui me fait totalement confiance sur ces sujets-là.

Concernant l’hôtel à venir, date de naissance, à ton avis?

Le 14 novembre.

Sur des idées plus précises, tu parlais de matières. La résine “Hi-macs”… d’où ça vient? Ça et le choix d’avoir un concepteur lumière, Alain Pin? Ce sont des choix très particuliers.

C’est une proposition de notre architecte d’intérieur répondant à notre cahier des charges, sur la lumière. Dans 13 des 23 chambres de l’hôtel, il y a effectivement cette coque Hi-macs qui est composée de résine et de pierre, qui d’abord offre la possibilité d’être formée à la demande, et qui permet donc d’obtenir des formes en fonction de ce que l’on veut comme environnement autour du lit. Et elle offre la seconde possibilite d’être translucide et donc de refleter, d’être une boule lumineuse en soi, qui remplace tous les objets-lumieres que l’on peut imaginer en lieu et place.

Cette réflexion sur la lumière, est-ce quelque chose voué à évoluer ? Tu as un concepteur lumiere jusqu’à l’installation  des jeux de lumiere, ou tu envisages ensuite un concept “à la demande” où les clients pourraient demander une personnalisation de leur eclairage, sans aller pour autant jusqu’à de la “conciergerie de lumiere”.

Non, non. Ce à quoi je ne suis pas sensible quand je vais dans un hôtel, c’est d’avoir l’impression d’être dans une boîte de nuit, même si on sait, enfin “il est dit que”… ça aide à se “relaxer”, à s’endormir… moi je n’aime pas trop le passage du -rouge-au-vert-au-jaune-au-bleu au machin.

La lumiere que l’on a nous, c’est une déclinaison, c’est une lumiere chaude, comme une ampoule electrique autrefois, sauf qu’elle transpire à travers cette coque retro eclairante et que l’on peut, au travers d’un systeme domotique tres simple, mais vraiment tres, tres simple (parce que généralement la domotique fait peur), la régler soi-même avec une lumière generale dont on tamise plus ou moins l’ambiance.  Ou alors une lumiere relax, ou quasiment la moitie des lampes est eteinte. Apres, on peut varier à la demande , du plus ou moins fort. C’est le client qui gère son ambiance. Il y a un pilotage qui fait que quand le client arrive, la lumiere est dans un certain etat, apres il la gere comme il veut.

Mais sans complication! Parce qu’il y a des trucs tu sais, ce sont des usines à gaz avec des boutons partout… Là il n’y en a que deux dans la chambre. Il y a le bouton de la lumière, avec donc son variateur et le bouton des rideaux, qui sont assistes aussi électriquement. Donc sobre-efficace mais… pas trop compliqué, parce qu’après c’est complique. En tout cas le nom est intriguant, “Hi-macs. C’est fabrique par LG. C’est tres bien, nous on en est tres contents, parce que c’était un peu complique techniquement à réaliser.

Je reviens encore sur le domaine, mais le fait de revendiquer une viniculture “haute couture”, le lien est directement établi?

Carrément. Naturel et sophistique en même temps. C’est exactement cela. On est dans la cohérence totale. C’est-à-dire qu’à Saint-Emilion, on travaille avec mon frere Thibaut comme ici je travaille avec Antoine. Au bout du compte, si une bouteille de vin doit se retrouver sur la table en accompagnement d’un dîner et qu’on va servir avec des bons potes,etc… si on fait un vin et qu’on le vend à un certain prix, il faut vraiment qu’il rejouisse ceux qui vont le boire.

C’est pareil avec l’hôtel. Il faut que ce soit un instant de bonheur selon ce que l’on vient y chercher, que l’on atteigne l’objectif recherche en depensant de l’argent.Le but n’est donc pas “à la chaîne”. Non, et de toutes facons avec 23 chambres on ne les fera pas, à la chaîne!

Et le bar, il sera comment? On attend le bar à vins d’hôtel qui va arrêter de ne proposer que des cocktails Signature à 30€.

Pour le bar, on a plusieurs axes: d’abord un partenariat avec MHB, donc les champagnes Moët & Chandon et la vodka Belvedere. Et à côte de cela, etant viticulteur, on va mettre en place une carte assez courte, régulièrement renouvelée de vins de tres belle qualité, français et étrangers, choisis par  S. Derenoncourt, qui est notre vigneron consultant à Saint-Emilion. Il conseille, je ne sais pas,  70 crus parmi les plus jolis au monde, que ce soit en France, dans différentes regions, mais aussi en Espagne, en Italie, au Liban, en Syrie, aux Etats-Unis, en Inde maintenant… il est “worldwide”. Ce que l’on veut faire, c’est une carte que l’on renouvellera regulierement, mise en place avec lui et en complicite avec les proprietaires pour avoir des prix vraiment raisonnables. Si les proprietaires jouent le jeu, c’est-à-dire qu’ils acceptent et, etant donne que l’on fait partie de la même famille…de nous vendre le vin à un prix professionnel raisonnable, moi ca me permet de le répercuter à nos clients et de pratiquer des prix hyper raisonnables sur le vin au verre ou à la bouteille.Ce qui permet de venir boire un bon verre de vin entre amis à des prix corrects…J’ambitionne que ce soit le cas. Ce n’est pas encore totalement réglé, mais j’espère que ce sera le cas!

Puisque l’on parle de prix abordables, on annonçait il y a quelques mois environ 270€ par chambre.  Ca reste là-dessus?

Oui, c’est ça.

Est-ce que ce sont des chambres tres différentes?  Tu as une large gamme en termes de tailles, de prix, de standing?

Oui, il y a plusieurs types de chambres. Je te donnerai le détail un peu plus tard quand on l’annoncera officiellement. Il y a 4 types de chambres, avec un prix de depart aux alentours de 180-190€,  soit 2 ou 3 chambres qui permettent d’offrir l’acces à des personnes qui n’ont pas des budgets géants, mais dans des chambres super biens, comme les autres, peut-être un tout petit peu moins sexy de par le fait qu’elles sont à des etages un peu moins eleves… mais bon, compensees par le fait qu’on les vendra à des prix un peu inférieurs. Et puis les chambres Hi-macs, dont on parlait à l’instant, qui seront entre 250 et 270€, dans ces eaux-là.

On a une suite, qui sera un peu plus chère, une junior suite sur 2 étages, toute mignonne et qui sera autour de 450€, quelque chose comme ça.

Voilà, la gamme de prix va aller de 190€ à 450€, avec des moins et des plus selon les saisons, les périodes.

Et tu te vois en vente privée, ou pas du tout? Finalement, beaucoup d’hôtels finissent sur des plateformes de type Splendia.Tu te vois ne serait-ce qu’affilie, ou finir sur Voyage Prive te rebute totalement?

On en discute beaucoup, on discute. Le problème de Splendia c’est qu’ils ont une politique de commissionnement hors de portée pour un hôtel comme le nôtre. Si je ne fais plus de marge, ce n’est plus viable économiquement.  En revanche, on aimerait bien travailler avec l’incontournable Ebooking, Tablet (mais il faut qu’on soit ouverts d’abord), Mr & Mrs Smith… Des petites plateformes mais tres pointues qui ont leur type de clientèle, qui sait tres bien aller chercher le bon produit.

Sinon, pour le type d’hôtel que l’on est nous, c’est-à-dire un hôtel de 23 chambres, c’est bien de pouvoir vendre en direct et de pouvoir aussi collaborer avec des plate-formes, mais le plus délicat est de trouver le juste équilibre pour assurer et le contentement de ces plateformes qui nous référenceraient, et en même temps la préservation de notre marge pour pouvoir servir le client comme on le veut.

Un mot de la fin? Apres je prends le double des clés. 

Quand tu veux! Je suis ravi de cette petite rencontre.

************************************************************************

Nous aussi, Geoffroy. Un grand merci!

Hôtel Jules & Jim

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY