Découvrir la cuisine d’un pays a toujours ce petit côté « pile ou face » qui  nous fait frissonner à chaque passage de frontière. En matière de gastronomie cantonaise,  nous n’avons pas cherché très loin : le Shangri-La Paris (16e) abrite en effet le Shang Palace, un restaurant récompensé d’une étoile au guide Michelin.

Avouons-le : avant d’y mettre les pieds, la simple mention de « cuisine chinoise » nous évoquait – comme à beaucoup – de vagues souvenirs de buffets all-inclusive dans les fins fonds du 13e arrondissements. Et que celui qui n’a jamais vécu la malédiction de la crevette pas fraîche nous jette la première pierre.

En résumé, on y est allées aussi curieuses que « pas encore dans notre élément ».

Dire que le Shang Palace s’en sort bien est un euphémisme : nous nous sommes REGALEES. Aux commandes du restaurant depuis 2009, le chef Frank Xu, natif de Shenzhen, propose une belle carte de dim-sum – mais pas que. On s’y régale aussi de Saumon « Lo Hei », un plat traditionnel servi au Nouvel-An chinois (il porte chance, à condition de lever bien haut ses baguettes), accompagné d’une étonnante julienne de méduse, d’une sauce aux graines de sésame et de légumes émincés.

Restaurant-Shang-Palace-Shangri La-Paris-Silencio-Saumon Lo Hei Restaurant-Shang-Palace-Shangri La-Paris-Silencio- effiloche de poulet-salade et sauce sichuanaise

La méduse, c’est bon. Ce sera l’une des leçons du jour. Autre plats, autres saveurs: l’effiloché de poulet en salade et sa sauce façon sichuanaise apportent un supplément de fraîcheur bienvenu après nos amuse-bouches au piment. Et que dire de ces crêpes de riz rouge aux crevettes

Restaurant-Shang-Palace-Shangri La-Paris-Silencio-dim sum-raviolis crevettes Restaurant-Shang-Palace-Shangri La-Paris-Silencio-dim sum-bun de porc Restaurant-Shang-Palace-Shangri La-Paris-Silencio-crepes riz rouge-crevettes

Ha Kao (raviolis aux crevettes), Buns de porc façon Shanghaienne, jolie formule déjeuner dédiée aux Dim Sum… Si l’on vient donc bien au Shang Palace pour une orgie exquise de bouchées vapeur, la star incontestée du restaurant reste le Canard laqué façon pékinoise, servi en 2 temps.

Mettons lui directement une majuscule : il est magistral, cuisiné et servi dans les règles de l’art.

La claque initiale se joue au 1er service de la bête, sélectionnée en Ecosse après un casting de canards de différents pays (!). Le vainqueur a été retenu pour la qualité exceptionnelle de son gras. Gras que l’on savoure en dégustant la peau croustillante servie avec des crêpes à la farine de riz (très fines) et des morceaux de poireaux frais. Divin ? Attendez de voir le second service : les magrets hachés et sautés au wok, en feuilles de laitue. On les déguste en sandwich dans la laitue, en picorant dans l’assiette de riz sauté à la façon du Chef (au poulet de Bresse, on est au Shangri-La après tout).

Restaurant-Shang-Palace-Shangri La-Paris-Silencio-peau canard laque pequinois et crepe Restaurant-Shang-Palace-Shangri La-Paris-Silencio-canard laque pekinois emince

Les prochains plats de canard auront un adversaire de taille: on a tout donné pour finir le pot ! Une explosion de saveurs aux quantités très généreuses, le genre de baffe culinaire que l’on aimerait se prendre plus souvent.

Les desserts? Pour la route: si notre choix initial s’est porté sur un plat signature du chef, la  crème de mangue, pomelo et perles de sagou (fraîche, légère), la surprise est venue des boules moelleuses à la crème montée et leurs fruits frais, d’une subtilité étonnante et qui semblent exploser en bouche.

Restaurant-Shang-Palace-Shangri La-Paris-Silencio-boule moelleuse creme montee fruits-mangue pomelo et perles de sagou

Quid des vins? Après une coupe de champagne Duval-Leroy (rosé et blanc de blanc) en apéritif, il a fallu se lancer. Si l’accord n’est pas facile pour le sommelier des lieux (la faute aux différents plats qui se partagent sur une même table), le verre de Petit Guiraud (second vin du Château Guiraud, 1er Grand Cru Classé de Sauternes en 1855, année 2005 pour l’occasion) proposé avec le canard relevait du sans faute; avec, pour la petite histoire, une étiquette de bouteille sombre, en signe de deuil suite à la mort de Bonaparte (on est droit dans l’histoire du Shangri-La Paris, non?). A bon entendeur…

Donc voilà, de très beaux souvenirs gustatifs en perspective avec ce passage au Shang Palace. Tout ça bien sûr se partage, se mange parfois avec les doigts, appelle une lutte homme/femme vs baguettes, sous l’oeil professionnel  mais parfois amusé d’une équipe vraiment attentionnée.

Est-ce cher? Sur le papier, oui. Au déjeuner, beaucoup moins – surtout avec une telle qualité de produits et dans le cadre d’un palace. Les nostalgiques de Hong-Kong resteront dubitatifs ; il n’empêche, ce petit goût d’ailleurs en plein Paris vous épargnera un aller-retour en avion.

Allez, kiddos… c’est le moment de se lancer. Ou attendez le Nouvel An Chinois pour un repas d’exception!

Shang Palace – restaurant étoilé du Shangri-La Paris

site web (tous les menus sont en ligne, ainsi que la carte des vins)

Menu déjeuner à 52 euros par personne, accompagné de thé (on rappelle que c’est un restaurant étoilé Michelin dans un 5 étoiles…!)

Déjeuner (du jeudi au lundi) : 12h00 – 14h00
Dîner  (du jeudi au lundi) : 19h00-22h00

10, avenue d’Iéna, 75016 Paris,- (33 1) 53 67 19 92

(c) photographie de la salle Shangri-La Hôtel Paris

Cet article vous a plu? Merci de le partager !